COFFEE T+ANK

CAFÉ COLOMBIEN

Parce Que notre cafe est si unique

Le café colombien est, sans aucun doute, l'un des plus appréciés au monde...

Que l’on soit expert de cette infusion ou simple amateur, ce pays d’Amérique latine est toujours présent quand on parle de café.

En fait, la Colombie produisait le meilleur café du monde après les années 1920. Au point que l’Union européenne a donné sont conformes à une indication géographique protégée le 27 septembre 2007. Cette indication est pour le café 100% Arabica cultivé dans les terroirs caféiers colombiens.

La Légende

Il existe de nombreuses légendes qui spéculent sur l’origine du caféier, mais la plus acceptée par tous les chercheurs est qu’il proviendrait de la bande tropicale du continent africain, dans le sud de l’Abyssinie, la ville de Caffa, aujourd’hui l’Éthiopie. Il existe des légendes qui attribuent une origine divine au caféier, qui racontent que le sage éthiopien Bata Maryan, voué à la prière et à la pénitence, planta un bâton dans le sol, qui lui servit de canne lors de ses pèlerinages, qui prospérèrent plus tard. et elle se couvrit de fruits rouges qui furent les premiers grains de café qui, une fois consommés, lui donnèrent la force d’endurer ses épreuves et de vaincre le sommeil dans sa marche nocturne. Une autre légende raconte qu’un berger qui s’appelait Kaldi, observant ses chèvres,

Histoire du café en Colombie

Il existe des indices dès le début du XIVe siècle du passage du café vers l’Arabie par le Yémen, qui est séparé de l’Abyssinie par l’étroite bande de la mer Rouge, ce qui facilitait le commerce et le transit d’un pays à l’autre par des caravanes, pour ne pas dire on se doute que ce sont les Arabes, qui dans l’histoire du monde ont toujours été de grands marchands, qui ont pris le produit et se sont consacrés à répandre l’influence de ses bienfaits dans sa consommation, avec un tel enthousiasme et une telle conviction qu’il est devenu dès le départ dans un générateur de devises extraordinaire.

Les premières cultures de café ont poussé dans l’est du pays. La première production commerciale a eu lieu en 1835 et les archives montrent que les 2 560 premiers sacs ont été exportés depuis les douanes de Cúcuta, à la frontière avec le Venezuela. Selon des témoignages de l’époque, Francisco Romero, un prêtre qui a imposé la pénitence de planter du café aux paroissiens de la ville de Salazar de las Palmas lors de la confession, a été un grand coup de pouce dans la diffusion de la culture du grain dans cette région rurale. . Ces graines auraient permis la présence de café dans les départements de Santander et Norte de Santander, dans le nord-est du pays, avec sa propagation conséquente, à partir de 1850, vers le centre et l’ouest à travers Cundinamarca, Antioquia et la région de le vieux Caldas.

produits d’exportation

Malgré ces premiers développements, la consolidation du café en tant que produit d’exportation en Colombie n’a commencé que dans la seconde moitié du XIXe siècle. La grande expansion de l’économie mondiale à cette époque signifiait que les propriétaires terriens colombiens trouvaient des opportunités intéressantes sur le marché international. Petit à petit, les États-Unis sont devenus le plus gros consommateur de café au monde, tandis que l’Allemagne et la France sont devenues les marchés les plus intéressants d’Europe.

Les grands propriétaires terriens colombiens avaient déjà essayé de profiter des opportunités offertes par l’expansion de l’économie internationale. Entre 1850 et 1857, il y eut un boom des exportations dans le pays pour le tabac et le quinquina, et plus tard pour le cuir et le bétail vivant. Ces premiers efforts d’exportation des produits agricoles colombiens se sont avérés extrêmement fragiles, car ils répondaient à une recherche de rentabilité tirée de prix internationaux élevés, plutôt qu’à l’intention de créer une base solide et diversifiée de ventes à l’étranger. Lorsque la manne des prix a pris fin, la production du secteur respectif est entrée dans une phase de déclin, qui a mis fin à toute tentative de consolidation des entreprises.

Le café a également connu une expansion spéculative de cette coupe, générée par la situation de bons prix internationaux entre la fin des années 1970 et le début du XXe siècle. Au cours de cette période, la production annuelle de café est passée d’environ 60 000 sacs de 60 kilos (l’unité de mesure internationale pour la commercialisation du café est un sac de 60 kilos de café vert) à environ 600 000. Cette expansion s’est produite principalement dans les grandes haciendas des départements de Santander et de Cundinamarca, dont les propriétaires avaient accès au marché bancaire international pour financer leurs projets. C’est pourquoi il n’est pas étonnant qu’à la fin du 19ème siècle ces deux régions représentaient plus de 80% de la production nationale.

la crise

Avec la chute des prix internationaux, qui s’est produite dans la transition du XIXe au XXe siècle, la rentabilité des grandes exploitations s’est effondrée. Comme si cela ne suffisait pas, la Guerre des Mille Jours, qui eut lieu dans les premières années du nouveau siècle, porta un autre coup dur aux grands propriétaires terriens, puisqu’elle les empêcha de maintenir les plantations en bon état ; Cette circonstance, ajoutée au fait que ces producteurs avaient emprunté à l’étranger pour développer leurs cultures, les a ruinés. Les plantations de café de Santander et Norte de Santander sont entrées en crise, et celles de Cundinamarca et d’Antioquia ont stagné.

La crise des grandes exploitations a entraîné l’un des changements les plus importants dans la culture du café colombien. Depuis 1875, le nombre de petits producteurs de café avait commencé à augmenter à Santander, dans certaines régions d’Antioquia et dans la région appelée Viejo Caldas. Dans les premières décennies du XXe siècle, un modèle innovant de développement des exportations de café basé sur l’économie paysanne s’était déjà consolidé, porté par les migrations internes et la colonisation des Nouvelles Terres au centre et à l’ouest du pays, principalement dans les départements d’Antioquia. ., Caldas, Valle et le nord de Tolima. L’expansion de cette nouvelle culture du café, ajoutée à la crise des grandes exploitations, a fait de l’ouest de la Colombie prendre la tête du développement du café du pays au début du XXe siècle.

Cette transformation était très favorable aux propriétaires de petites parcelles qui entraient dans le secteur. La culture du café était une option très attractive pour les paysans, dans la mesure où elle offrait la possibilité d’une exploitation permanente et intensive de la terre. Dans le cadre du schéma productif de l’agriculture traditionnelle, basé sur la méthode d’abattis-brûlis, la terre est restée improductive pendant une longue période. D’autre part, le café offrait la possibilité d’avoir une agriculture intensive, sans exigences techniques majeures et sans sacrifier la culture de produits de subsistance, générant les conditions pour la croissance d’une nouvelle caféiculture, dominée par de petits propriétaires.

fédération-nationale-des-producteurs-de-cafe-de-colombie

Propriété de la photo Fédération nationale des producteurs de café de Colombie

Fédération nationale des caféiculteurs colombiens

Bien que les nouveaux caféiculteurs paysans se soient avérés avoir une grande capacité de croissance quelles que soient les conjonctures internationales des prix, la Colombie n’a pas eu un grand dynamisme relatif sur le marché mondial à cette période. Comme on peut le voir dans le graphique suivant, entre 1905 et 1935, l’industrie du café en Colombie a connu une croissance dynamique, grâce à la vision politique à long terme dérivée de la création de la Fédération nationale des caféiculteurs (FNC) en  1927  .

En 1930, la Colombie s’est consolidée comme le deuxième plus grand producteur de café au monde.

L’union des paysans et des petits producteurs autour de la Fédération leur a permis de faire face à des défis logistiques et commerciaux communs qu’ils n’auraient pas pu surmonter individuellement. Au fil du temps, et grâce aux recherches du Cenicafé, fondé en 1938, et du Service de vulgarisation agricole, des systèmes de culture et de traçabilité ont été développés qui ont permis de différencier le produit et de garantir sa qualité. Actuellement, la terre du café en Colombie comprend toutes les chaînes de montagnes et les zones montagneuses du pays, générant des revenus pour plus de 563 000 familles qui produisent le grain.

INSETTING

INSETTING EN AGROFORESTERIE POUR LE CAFE QU’EST-CE QU’INSETTING ? ET COMMENT ÇA MARCHE? INSETTING — Enseignement provenant de IPO (https://www.insettingplatform.com/an-insetting-story/)

Read More »
ÉROSION DU SOL

Le Projet coffee t+ank Érosion des sols : types, comment l’éviter et la contrôler La érosion dégrade la qualité des sols

Read More »

Pacamara, Huila, Bruselas, 1670 msnm

$60.000 $55.000

¿Cuál es la variedad Pacamara?

La variedad Pacamara es la creación del Instituto Salvadoreño para Investigaciones del Café en 1958, resultado de un cruce de las variedades Pacas y Maragogipe.

What is the Pacamara variety?

The Pacamara variety is the creation of the Salvadoran Institute for Coffee Research in 1958, the result of a cross between the Pacas and Maragogipe varieties. 

Bourbon Rosado, Huila, Bruselas, 1670 msnm

$60.000 $55.000

¿Cuál es la variedad de bourbon? ¿Debe llamarse bourbon rosado o simplemente Rosado?

WCR describe la variedad Bourbon como una planta alta, de rendimiento medio con hojas de color verde en las extremidades, que tiene el potencial de producir un café de buena calidad a gran altitud. Es una mutación natural de la planta Arábica, la cual ha crecido de forma silvestre en Etiopía durante muchos siglos.RD2VISION afirma que parece que vamos a llamar a este varietal, Rosado, y no Bourbon como el varietal Rosado viene directamente de Etiopía y no tiene herramientas genéticas de cualquier Bourbon). Pink todavía tiene algunos complejos sensoriales muy interesantes. ==> Según Christophe Montagnon (PARIS-FRANCE-RD2 VISIÓN / Laboratorio Genético, Director) 

What is the bourbon variety? Should it be called  Bourbon Rosado or simply Rosado?

WCR describes the Bourbon variety as a high and medium yielding plant with green leaves that has the potential to produce good quality coffee at high altitudes. It is a natural mutation of the Arabica plant, which has grown wild in Ethiopia for many centuries.RD2VISION states that it seems that we will call this varietal, Rosado, and not Bourbon as the varietal Rosado comes directly from Ethiopia and has no genetic tools of any Bourbon). Pink still has some very interesting sensory complexes. ==> According to Christophe Montagnon (PARIS-FRANCE-RD2 VISION / Genetic Laboratory, Director)

Ombligon amarillo, Huila, 1670 msnm

$58.000 $55.000
This coffee has been cultivated in Huila at El Viso neighbour farm. Processed and shipped by Fredy Cordoba.The coffee was carefully roasted and packed and soon into your cup.We hope you will enjoy enough to send us a little feedback.The Coffee T+ank Team.Please read description below.

Bourbon Rosado, Huila, El Viso, 1475msnm

$60.000 $55.000

¿Cuál es la variedad de bourbon? ¿Debe llamarse bourbon rosado o simplemente Rosado?

WCR describe la variedad Bourbon como una planta alta, de rendimiento medio con hojas de color verde en las extremidades, que tiene el potencial de producir un café de buena calidad a gran altitud. Es una mutación natural de la planta Arábica, la cual ha crecido de forma silvestre en Etiopía durante muchos siglos.RD2VISION afirma que parece que vamos a llamar a este varietal, Rosado, y no Bourbon como el varietal Rosado viene directamente de Etiopía y no tiene herramientas genéticas de cualquier Bourbon). Pink todavía tiene algunos complejos sensoriales muy interesantes. ==> Según Christophe Montagnon (PARIS-FRANCE-RD2 VISIÓN / Laboratorio Genético, Director) 

What is the bourbon variety? Should it be called  Bourbon Rosado or simply Rosado?

WCR describes the Bourbon variety as a high and medium yielding plant with green leaves that has the potential to produce good quality coffee at high altitudes. It is a natural mutation of the Arabica plant, which has grown wild in Ethiopia for many centuries.RD2VISION states that it seems that we will call this varietal, Rosado, and not Bourbon as the varietal Rosado comes directly from Ethiopia and has no genetic tools of any Bourbon). Pink still has some very interesting sensory complexes. ==> According to Christophe Montagnon (PARIS-FRANCE-RD2 VISION / Genetic Laboratory, Director)